Grossesse : prenez soin de vos jambes

La grossesse va chambouler votre vie et votre corps va subir de nombreux bouleversements. Les fluctuations hormonales entrainent des bouffées de chaleur, des nausées, des changements d’humeur et d’appétit... mais saviez-vous que ces modifications ne sont pas sans effet sur la circulation sanguine ?

Sous l’effet des hormones, votre sang coagule plus vite et vos veines se dilatent. Des caillots risquent ainsi de se former dans les veines de vos jambes et de les abîmer (1).

Chaque trimestre, votre corps va subir des changements pour s’adapter à la croissance de votre bébé. Le volume sanguin augmente et l’utérus en croissance exerce une pression directe sur vos veines pouvant les bloquer partiellement et ainsi affecter directement votre système veineux (2).

Découvrez notre vidéo :

Enceintes, toutes concernées par les risques veineux !

Absolument toutes les femmes enceintes, du premier au dernier jour de leur grossesse et même après l’accouchement, peuvent être concernées par la thrombose veineuse profondela phlébite ou l’insuffisance veineuse qui cause des varices, deux pathologies mais liées.

L’insuffisance veineuse, une pathologie fréquente durant la grossesse

3 femmes enceintes sur 4 ont un reflux de sang anormal dans les deux jambes (3). Et quand on sait que 6 femmes sur 10 voient leurs premières varices apparaître pendant leur grossesse (4) et que leur fréquence augmente avec le nombre de grossesse, il est essentiel de porter une attention particulière à vos jambes et même quelques mois après l’accouchement…

Le risque augmente à partir du 3ème trimestre de votre grossesse lorsque votre utérus compresse les veines de votre bassin, ce n’est donc pas le moment d’abandonner votre traitement !

La dysfonction veineuse persiste généralement plusieurs semaines après l'accouchement. Mais pas de panique, une amélioration se produit en général au bout de 3 mois (5).

Quels sont les facteurs qui augmentent le risque veineux ?

Enceinte, le risque veineux est augmenté sous l’effet des hormones. Et dans certaines situations, il est encore plus important :
vous avez déjà eu une thrombose ou une maladie provoquant des caillots (thrombophilie),

  • vous avez plus de 35 ans,
  • vous êtes en surpoids ou obèse,
  • vous bougez peu ou travaillez assis,
  • vous êtes fumeuse,
  • vous avez des antécédents veineux.

 

La thrombose (ou phlébite), une maladie trop méconnue

En France, la thrombose veineuse est l’une des principales pathologies de la grossesse et du post-partum. Elle est  la seconde cause directe de mortalité maternelle (5) après les hémorragies.

La thrombose veineuse profonde ou phlébite touche environ 1,8 femmes enceintes sur 1000 (5). Et malheureusement, elle est la seule maladie touchant les femmes enceintes à ne pas avoir diminué en 10 ans. Pire, elle progresse. En cause ? Son diagnostic compliqué, car les symptômes sont masqués par ceux de l’insuffisance veineuse.

Les femmes enceintes ont plus de risques de thrombose veineuse profonde que les autres et ce risque débute avec la grossesse et persiste jusqu’à 12 semaines après l’accouchement (6).

Le risque de thrombose veineuse profonde est 3 fois plus élevé en cas de césarienne qu’en cas d’accouchement par voie basse (7). Alors, à cette période et plus que jamais, n’oubliez pas de porter de la compression médicale, comme un collant de grossesse.

Protégez vos jambes avec la compression médicale

Pour prendre soin de vos jambes pendant votre grossesse, vous pouvez compter sur la compression médicale. Sous forme de chaussettes, bas ou collant, la compression médicale est un textile élastique, qui exerce une pression active le long de la jambe, favorisant la circulation veineuse et le retour du sang vers le coeur (8). La contention vise à diminuer vos douleurs, sensations de jambes lourdes et à prévenir les complications (9).

Il est conseillé de porter des bas de compression dès le début de la grossesse jusqu’à six semaines après accouchement.  

right_arrow

(1) Gherman RB, Goodwin TM, Leung B, Byrne JD, Hethumumi R, Montoro M. Incidence, clinical characteristics, and timing of objectively diagnosed venous thromboembolism during pregnancy. Obstet Gynecol. 1999;94:730-4.

(2) Lohr JM, Bush RL. Venous disease in women: epidemiology, manifestations, and treatment. J Vasc Surg. 2013 Apr;57(4 Suppl):37S-45S.

(3) Engelhorn CA et al. Does the number of pregnancies affect patterns of great saphenous vein reflux in women with varicose veins? Phlebology. 2010;25(4):190-5.

(4) Lohr JM et al. Venous disease in women: epidemiology, manifestations, and treatment. J Vasc Surg. 2013;57(4 Suppl):37S-45S.

(5) Olié V et al. Maladie veineuse thromboembolique pendant la grossesse et le post-partum, France, 2009-2014. www.invs.sante.fr/beh/2016/7-8/2016_7-8_6.html.

(6) Motykie G.D. et al. Evaluation of Therapeutic Compression Stockings in the Treatment of Chronic Venous Insufficiency. Dermatol Surg. 1999.

(7) CNGOF - Recommandations pour la pratique clinique. Post-partum. Décembre 2015.

(8) HAS. Dispositifs de compression médicale à usage individuel. Utilisation en pathologies vasculaires. Septembre 2010.

(9) Allaert F-A. Eduquer le patient pour accroître l'efficacité de la compression veineuse. 2015.

Les articles liés ont été relus et validés par un board de médecins. Demandez conseil au professionnel de santé qui suit votre grossesse.

Futures mamans, rejoignez le mouvement !

Cliquez sur l’image pour télécharger la brochure

Lecture complémentaire