Prenez soin de votre lymphœdème avec Sigvaris !

Le lymphœdème est une pathologie caractérisée par une rétention d’eau localisée et un gonflement tissulaire causés par des troubles du système lymphatique.

Prenez soin de votre lymphœdème avec Sigvaris !
Vous avez un gonflement persistant et asymétrique dans un ou plusieurs de vos membres ?
 
Votre membre affecté est indolore, mais vous ressentez une sensation de tiraillement dans celui-ci ?
 
D'autres membres de votre famille présentent également un gonflement des membres ? Vous avez subi un traitement contre le cancer ou une intervention chirurgicale au cours de laquelle des ganglions lymphatiques ont dû être extraits ?
 
Si c'est le cas, votre système lymphatique est peut-être compromis et vous avez peut-être développé un lymphœdème. Lisez ici pourquoi la compression est essentielle dans le traitement du lymphoedème et quelles sont les autres options thérapeutiques existantes.

Le système lymphatique est un vaste réseau principalement constitué de vaisseaux lymphatiques et de ganglions lymphatiques. Il joue un rôle important dans le transport de liquide lymphatique, dans la fonction immunitaire, l’homéostasie des liquides, le nettoyage et la filtration du sang.

Le système lymphatique est notre unité de « recyclage et d'élimination des déchets ». Il évacue les déchets et les toxines du corps. Les déchets organiques comprennent les protéines, les produits de dégradation métabolique, les produits inflammatoires et la graisse de la cavité abdominale.

Les vaisseaux lymphatiques, qui sont répartis dans tout le corps et transportent un liquide transparent appelé lymphe vers le conduit thoracique, qui se jette dans la circulation sanguine aux points de jonction veinolymphatiques du cou.

illu med stages lymphedema arm sigvaris group.png

Comment fonctionne le système lymphatique

La lymphe provient du liquide qui est filtré de la circulation sanguine dans l’interstitium, qui s’écoule ensuite par les sinus lymphatiques aveugles. La lymphe se compose de liquide interstitiel, de protéines (plus petites que l’albumine), de fibrinogène et d’autres facteurs de coagulation, de petites molécules et d'ions du sérum et de l’interstitium, de leucocytes, d’immunoglobulines, de graisse sous forme de chylomicrons, de débris cellulaires, de déchets et de bactéries.

Le système lymphatique est responsable de la majeure partie de l’absorption des liquides dans les espaces interstitiels. La collecte de ce liquide est effectuée par les sinus lymphatiques initiaux, qui sont des vaisseaux à l’extrémité épithéliale aveugle avec des ouvertures fenêtrées qui permettent le passage de fluides et de particules aussi grandes que des cellules ou de protéines plus petites que l’albumine.

Les fluides sont ensuite aspirés et refoulés dans des précollecteurs lymphatiques. Les collecteurs de lymphe et les vaisseaux lymphatiques toujours plus grands présentent un système de valve lymphatique et des lymphangiones (par exemple, des unités agrandies avec des cellules musculaires lisses entre deux vaisseaux lymphatiques).

La lymphe circule dans une direction proximale à travers les vaisseaux et les lymphangiones grâce à la contraction active des angiomes lymphatiques et à un reflux restreint de la lymphe du fait des valves lymphatiques.

Le corps humain possède des centaines de ganglions lymphatiques (autour du cou, du tractus intestinal, de l’aisselle ou de l’aine, ...) responsables de l’élimination des débris, de la régulation de la teneur en protéines de la lymphe, de la réponse immunitaire, de la recirculation des lymphocytes et de la réabsorption de l’eau (environ 5 à 8 litres par jour).

Chaque jour, le système lymphatique consomme environ 10 litres de liquide interstitiel. 

Drainage lymphatique intact

Dans le cas d'un drainage lymphatique intact, les sinus lymphatiques initiaux, qui sont des vaisseaux à l’extrémité épithéliale aveugle avec des ouvertures fenêtrées, collectent le liquide lymphatique des espaces interstitiels.

Drainage lymphatique interrompu

Un lymphœdème peut se développer si le drainage lymphatique est interrompu, altéré ou si la sécrétion de liquide dans le tissu interstitiel est supérieure à la capacité d’absorption du système lymphatique.

Qu’est-ce qu’un lymphœdème et quels en sont les symptômes ?

Le lymphœdème est une pathologie caractérisée par une rétention de liquide localisée et un gonflement tissulaire causés par un système lymphatique compromis. Cela se traduit par le gonflement d’un ou de plusieurs membres. Cependant, le lymphœdème peut également se manifester dans d’autres parties du corps, par exemple le cou, la région génitale, la région inguinale, le visage, etc. Environ un tiers à un quart des cas de lymphœdème sont attribuables à une cause primaire (p. ex. génétique) qui a entraîné une atteinte du système lymphatique. Les femmes sont six à dix fois plus susceptibles que les hommes de développer un lymphœdème primaire.

Un lymphœdème secondaire se manifeste lorsqu’une raison secondaire est responsable des dommages qui ont affecté le système lymphatique (p. ex. cancer, traitement du cancer, chirurgie, infections, etc.).

Comment reconnaître un lymphœdème ?

  • Gonflement (appelé œdème ou congestion) dans un ou plusieurs membres (souvent asymétrique)
  • Si le membre inférieur est atteint, le gonflement est présent à l’arrière du pied
  • Indolore
  • Sensation d’oppression
  • Restriction des mouvements, en fonction du stade du lymphœdème
  • Peau épaisse ou durcie, en fonction du stade du lymphœdème
  • Infections cutanées récurrentes
  • Signe de Stemmer positif, en fonction du stade du lymphœdème : impossible de pincer ou de soulever la peau à la base du deuxième orteil, à la base du majeur ou dans toute autre région du corps présentant un gonflement.

 

illu_med_stemmers-sign_sigvaris_group.jpg

Quelles sont les causes du lymphœdème ?

Le lymphœdème est classé en deux sous-types : le lymphœdème primaire et le lymphœdème secondaire (ou acquis).

  • Héréditaire : le lymphœdème primaire semble être le résultat d’une anomalie congénitale du système lymphatique.
  • Acquis : le lymphœdème secondaire est dû à une atteinte du système lymphatique (vaisseaux et/ou ganglions lymphatiques) ou à une déficience fonctionnelle. Les infections causées par des piqûres d’insectes, des blessures graves ou des brûlures peuvent causer un lymphœdème lorsqu’elles endommagent ou détruisent le système lymphatique. L’obésité sévère, tout type de chirurgie, une blessure grave ou une radiothérapie pour le traitement d’un cancer (ou la tumeur elle-même) peut également entraîner l’apparition de la maladie.

Voici les facteurs pouvant causer ou entraîner une progression ou une aggravation d’un lymphœdème existant :

  • Chirurgie (ablation des ganglions lymphatiques. Ex. : traitement d'un cancer)
  • Traumatisme susceptible d’endommager le système lymphatique
  • Rayons et chimiothérapie pour le traitement d’un cancer
  • Infections graves de la peau ou des canaux lymphatiques (lymphangiose, cellulite, érysipèle, infection causée par le parasite microscopique « filarial larvae »)
  • Obésité
  • Insuffisance veineuse chronique

Les quatre stades du lymphœdème

Selon l’évolution de la maladie, le lymphœdème peut être divisé en les stades suivants.

  • Stade 0 (ou Ia) : malgré une circulation défectueuse de la lymphe, des modifications subtiles du liquide/de la composition tissulaire et des modifications des symptômes subjectifs, le gonflement n’est pas encore visible. Ce stade peut durer durant des mois, voire des années, avant que l’œdème n’apparaisse.
  • Stade I : l’accumulation de liquide diminue lorsque le membre atteint est surélevé. Si on appuie du bout des doigts sur la partie touchée, elle marque puis apparaît gonflée (« piqûre »).
  • Stade II : le gonflement des tissus ne diminue plus en surélevant le membre. La peau marque clairement. Plus tard, au Stade ll, le membre peut ne pas garder de marque à la pression en raison d'un excès de tissus adipeux sous-cutané et du développement d'une fibrose.
  • Stade III : englobe l’éléphantiasis lymphostatique caractérisé par une éventuelle absence de marque à la pression, des troubles trophiques cutanés, tels que l'acanthose, des altérations du type et de l’épaisseur de la peau, le développement de nouvelles surcroissances et d'un dépôt de graisse et de fibrose.

Lymphœdème stages 0, I, II, III jambe

illu_med_stages-lymphedema-leg_sigvaris_group.png

Lymphœdème stages 0, I, II, III bras

illu_med_stages-lymphedema-arm_sigvaris_group.png

Comment bien traiter un lymphœdème ?

Le lymphœdème peut être traité de différentes façons. Il existe plusieurs produits pour le traitement du lymphœdème par compression médicale.

Découvrir

Vivre avec un lymphœdème

Vivre avec un lymphœdème

Cette pathologie chronique est due à un dysfonctionnement du système lymphatique. A l'origine d'œdèmes importants, elle touche le plus souvent les femmes. Cette maladie concerne davantage les patientes ayant été traitées pour un cancer (lymphœdème secondaire). Encore méconnue en France, cette pathologie impacte le quotidien et la qualité de vie des patients.
Comment prendre soin de sa peau avec un lymphœdème ?

Comment prendre soin de sa peau avec un lymphœdème ?

Il est primordial de prendre soin de la peau du membre atteint par le lymphœdème. Étant plus vulnérable aux infections, une hygiène rigoureuse de votre peau est indispensable.
Activité physique, nutrition et lymphœdème

Activité physique, nutrition et lymphœdème

La prise en charge du lymphœdème doit être associée à des mesures hygiéno-diététiques. Découvrez les conseils d'Eléonore, notre patiente experte.
Partager cet article
LinkedIn
Twitter
Facebook